Les soft skills décisives dans les métiers du futur

Nombreuses sont les agences de développement en soft skills qui connaissent un essor considérable avec à la clé un taux de croissance à deux chiffres chez certains. Les études effectuées sur l’apport de ce type de formation pour les entreprises ont tenté d’apporter une explication plausible à ce sujet.

Les soft skills déterminants dans les métiers du futur

La transformation digitale a eu de nombreux effets sur le travail en entreprise dont le plus important a été de rendre constante l’interdépendance entre les hommes surtout dans les milieux professionnels jugés complexes. On assiste ainsi à une constitution d’équipes interdisciplinaires chargées de mettre sur pieds des projets transversaux d’envergures. Dans ce cas, une bonne collaboration des intervenants est indispensable.

Selon une étude publiée par le Conseil en orientation pour l’emploi (COE) en septembre 2017, les compétences situationnelles et celles sociales ont toujours été plus sollicitées surtout dans un cadre de travail où le numérique règne en maître. Cette étude a également révélé que les métiers émergents développent en leur sein de nouvelles compétences socioémotionnelles (l’habileté au travail en équipe, à la gestion du temps, à la communication et autres) ainsi que de grandes capacités analytiques (le développement de la réflexion critique et une forte capacité à résoudre facilement les problèmes jugés trop complexes).

De même, la société d’ingénieurs flamande ie-net a rendu publique en décembre 2017 les résultats de ses recherches sur l’impact de l’industrie du futur ou industrie 4,0. Selon cette étude, les ingénieurs ont noté l’importance des soft skills à l’ère de l’industrie 4.0 surtout sur le plan :

  • de l’aptitude à résoudre des problèmes qui est évaluée à 55 % ;
  • du développement de la compétence multidisciplinaire qui est de 51 % ;
  • de la facilité dans la gestion de la complexité qui est de 48 % ;
  • du désir de changement qui est de 47 %.

Il faut également rappeler qu’une autre étude a été réalisée et publiée fin 2017 au sujet de l’apport des soft skills. Selon cette étude diligentée par REGIONSJOB, la qualification ou le know-how et la personnalité des candidats occupent une place de choix dans le processus de recrutement auprès de 82 % des employeurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

www.000webhost.com